Vivre en harmonie avec son corps

Aliments acides, acidifiants et alcalinisants

Il convient en premier lieu de définir les aliments dits « acides », « acidifiants » ou « alcalinisants ».

Les aliments acides sont les aliments naturellement riches en composés acides, comme par exemple un jus de citron. Dans l’organisme, ces aliments acides vont être métabolisés.

Chez une personne en bonne santé, cette métabolisation va conduire à une neutralisation des acides et à une libération des bases minérales du fruit : le résultat sera donc un effet alcalinisant.

Par contre, chez une personne présentant un déficit métabolique, la neutralisation des acides ne pourra pas s’effectuer par les voies physiologiques. Les composés resteront dans l’organisme sous forme acide, puis seront neutralisés par les bases prélevées dans les tissus, notamment le tissu osseux. Les aliments acides auront donc cette fois un effet fortement déminéralisant.

Ainsi, l’effet acidifiant ou alcalinisant des aliments acides dépend des capacités métaboliques du sujet. Leur consommation doit donc se faire avec grande prudence.

Par contre, les aliments dits « acidifiants » ou « alcalinisants » auront un même effet acidifiant ou alcalinisant pour tous les consommateurs.

 

Les aliments acidifiants sont les aliments qui vont libérer des métabolites acides lors de leur transformation dans l’organisme (digestion, utilisation cellulaire). Ce sont des producteurs d’acides. Pour la plupart, les aliments acidifiants sont néanmoins les nutriments de base de notre nutrition, c’est-à-dire que leur consommation ne peut pas être supprimée. L’idée sera d’en limiter l’apport quantitatif, et de les associer à d’autres aliments « alcalinisants » afin de réduire l’impact de leur effet acidifiant.

Les principaux aliments acidifiants sont : les viandes, les œufs, les produits laitiers, les huiles végétales, le sucre raffiné, les boissons industrielles sucrées. (Voir liste détaillée ci-dessous)

Les aliments alcalinisants sont les aliments riches en bases et pauvres en substances acides. La transformation de ces aliments par l’organisme ne libère pas non plus de composés acides. Les aliments alcalinisants possèdent donc des propriétés alcalinisantes bénéfiques pour le terrain.

Les principaux aliments alcalinisants sont : la pomme de terre, les légumes verts ou colorés, la banane. (Voir liste détaillée ci-dessous)

 

La consommation d’aliments acidifiants est indispensable à notre nutrition. Notre capacité à métaboliser ces acides dépend des apports, en quantité et en fréquence, de l’heure d’ingestion, mais surtout de l’équilibre alimentaire entre les aliments acidifiants et alcalinisants.

 

Les bonnes proportions en fonction du métabolisme :

En cas de bon métabolisme face aux acides faibles (c'est-à-dire un organisme ne présentant pas de symptômes), il faudra consommer 60% de produits alcalinisants et acides et diminuer à 40% les produits acidifiants dans la ration journalière.

En cas de mauvais métabolisme face aux acides faibles (en cas de symptômes type ballonnements, reflux et acidité gastrique, troubles viscéraux, articulations douloureuses, tendinites à localisations multiples...), il faudra consommer 80% de produits alcalinisants et diminuer à 20% les produits acides ainsi que les produits acidifiants.

 

La modification du régime alimentaire est essentielle dans la correction d'un état d'acidose. Une attention particulière doit être portée sur le repas du soir, celui-ci devant favoriser la période d'élimination nocturne des acides. Le dîner doit être léger, sans protéines, et pris à distance du coucher.

 

 

Les aliments acidifiants :

 

  • Les protéines (viande, poisson, œuf, produits laitiers, légumineuses)
  • Les chairs animales dont leur métabolisme va produire des acides aminés qui, une fois utilisés par les cellules, vont donner des produits de dégradations acides (acide urique). En plus, elles contiennent du soufre et du phosphore, ce qui donnera des acides sulfuriques et phosphoriques.
  • Les légumineuses (lentilles, soja, pois chiches) sont riches en purines (Les purines désignent un ensemble de molécules qui se trouvent dans les organismes vivants) et ne se dégradent pas en acide urique.
  • Les graisses (animales ou végétales)
  • Les acides gras saturés (graisses animales, charcuterie) vont avoir une dégradation incomplète qui va produire des acides, de l'acétone, des acides acétyl acétyliques, des acides bêta hydroxy butyriques.
  • Les acides gras essentiels (oméga-3 et oméga-6) : pas trop acides
  • Les hydrates de carbone correspondent à une multitude de molécules de glucose (parfois

250 000 molécules).

  • Les sucres rapides qui sont des sucres raffinés.

Ceci n'est pas vrai pour le fructose de fruit.

Attention également à la consommation de miel et de gelée royale, il s'agit de sucre rapide, raffiné par l'abeille, même si c'est de façon naturelle, le sucre est raffiné.

La mélasse est un sucre de bonne qualité pour la santé ou le rapadura.

  • Les oléagineux (en dehors des amandes et des noix du Brésil) sont des produits riches en graisses, protéines, phosphore et soufre. Ils seront donc acidifiants, produisant de l'acide urique, sulfurique, acétyl acétylique, bêta hydroxy butyrique.

 

Tous ces produits acidifiants doivent être diminués, mais diminuer ne signifie pas supprimer.

 

 

Les aliments alcalinisants :

 

Tous les légumes verts ou colorés, à part les tomates et les aubergines. Riches en base, contiennent peu ou pas d'acide, ce qui leur permet d'alcaliniser tout le monde.

En user, en abuser. Crus et/ou cuits.

  • Les graines germées

Contrairement aux céréales, les jeunes pousses ou graines germées vont subir pendant la germination une transformation radicale qui les rend alcalines. Même les légumineuses sous forme de graines germées sont dans ce cas alcalinisantes.

  • La pomme de terre est bien connue pour ses vertus anti-acidifiantes puisque son jus est recommandé pour lutter contre l'acidité d'estomac et les ulcères. Elle remplace largement les céréales qui sont acidifiantes, tout en étant aussi nourrissantes.
  • La banane est le seul fruit avec une teneur en acide très très faible.
  • Les fruits secs, en séchant, produisent une oxydation des acides les rendant alcalins (sauf la pomme et l'abricot).
  • Les oléagineux alcalins : les amandes et les noix du Brésil

L'olive noire conservée dans l'huile d'olive et non dans la saumure, sera basique.

 

Quelques produits non acidifiants : il s'agit du beurre, du fromage blanc égoutté, du lait, du maïs, du fromage, du sucre intégral qui ne seront ni alcalinisants ni acidifiants s'ils sont consommés en petite quantité.

 

 

Les aliments acides :

 

  • Le petit lait, tous les fruits (sauf la banane), le vinaigre.

Rappel : Tous ces aliments peuvent être acidifiants ou alcalinisants en fonction du métabolisme des patients.

Plus un fruit est mûr, plus il est oxydé et moins il est acide.

  • Les fruits cuits
  • Le lait caillé, le petit lait, le kéfir, sont acides
  • La choucroute (chou fermenté) est acide
  • Le miel est acide
  • Le thé, le café, le chocolat sont très acides car ils contiennent des purines.

 

NB : Un régime composé exclusivement de végétaux alcalins est possible, mais seulement pendant une période limitée (1 à 2 semaines).

 

Nous vous conseillons de lire aussi les articles " L'équilibre acido-basique " et " Quelques conseils à mettre en place pour une bonne santé au quotidien ".